Recherche appartement.

dimanche, octobre 25, 2015



Ça y'est, j'ai décidé de me mettre à la recherche active d'un appartement, enfin d'un studio. La vie chez Mutti n'est pas désagréable mais j'ai besoin de retrouver mon indépendance. Et une vie sociale. Il en va de ma survie. 


C'est tout nouveau pour moi, faire ce type de démarche en France. Parce que oui, je n'ai jamais vécu on my own ici. Et du coup, je suis un peu perdue. J'ai su le faire en Allemagne, aux Etats-Unis et au Canada mais je devais être habitée par un je-ne-sais-quoi qui me donnait la force de Yoda. Là, j'ai l'impression d'être démunie (comme quand Buffy n'avait plus "ses pouvoirs") (ceux qui savent savent) et d'être au pied d'une montagne. Je sais bien que ce n'est pas insurmontable mais tout recommencer, surtout au niveau administratif, c'est un peu décourageant.  Mais ce n'est pas mon genre de baisser les bras, alors je vais faire  tout ce qu'il faut pour m'installer confortablement, comme je le faisais à des milliers de km.

Et puis...

Dans ma chambre, j'ai ces choses que j'ai ramenées de mes différentes expatriations. Elles attendent tranquillement que je les ressorte. Je les ai posées dans un coin et je n'y ai pas vraiment touché depuis mon retour. Je les regarde mais pas trop parce que sinon j'ai une petite boule dans la gorge et les yeux qui me piquent. Je n'aime pas les voir là, à l'abandon, comme si cette partie de moi était morte. 
J'ai tellement envie de trouver un endroit dans lequel je me sente bien, dans lequel je pourrais accrocher mon poster de Toronto, de San Francisco, mon tableau acheté à la Nouvelle-Orléans, mes photos, ces objets auxquels je suis attachée, parce que je suis comme ça moi, je m'attache à des choses insignifiantes, en fait non, elles ne le sont pas, pas pour moi. J'ai choisi soigneusement ce que j'ai décidé d'emporter, ces trucs qui comptent, qui représentent une parcelle de ma vie, aussi petite soit-elle. 

Tu t'imagines pas à quel point j'ai hâte de déballer mes affaires, pour de vrai, d'avoir un chez-moi, d'inviter des amis et de vivre comme là-bas. Sauf qu'ici, je pourrais boire du champagne plus souvent. C'est un gros plus quand même.


Bon, y'a plus qu'à.

8 commentaires

  1. Bon courage; tu vas trouver!!! Et tu pourras faire une house warming party ensuite ;)

    RépondreSupprimer
  2. J'en parlais dernièrement avec ma soeur justement: mes années de licence, j'avais trouvé une coloc avec l'aide de mes parents. A lyon, c'était cité U. A l'étranger j'ai trouvé les deux fois par moi-même. De retour en France, une amie cherchait une coloc et depuis je navigue entre chez mes parents et chez mon frère. J'ai donc fait le constat que 1) je n'ai vécue seule que 6 mois / 2) je n'ai jamais eu besoin de chercher un logement en France. Je t'avoue que j'appréhende un peu ce moment lorsque je vois les péripéties que ma soeur vient de traverser pour avoir une studette... Alors si d'un coté j'ai furieusement envie d'avoir un chez moi - seule ou en coloc, je profite pour l'instant lâchement des apparts de mon frère et de ma soeur ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien profite tant que tu peux ! Et quand l'envie se fera vraiment ressentir, tu chercheras :)

      Supprimer
  3. Courage, Buffy les avaient finalement retrouvé (moi-même je sais). je sais que ce n'est pas évident mais tout peut aller très vite !
    Si j'ai réussi un trouver DEUX appartements en un an en région parisienne, je suis sure que tu y arriveras :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, il faut être positive ! :)

      Supprimer
  4. Bon courage pour cette nouvelle experience alors! J'espere que tu vas trouver ton petit nid rapidement!

    RépondreSupprimer

Rechercher dans ce blog

where to find me

Le blabla de Jasmin © . QUINN CREATIVES .