La malade nostalgique

vendredi, avril 04, 2014




Quand enfant j'étais malade, maman s'occupait toujours très bien de moi. Elle achetait de suite les médicaments dont j'avais besoin et amenait à mon chevet tout ce qu'il me fallait un peu comme au restaurant. 
Je m'allongeais sur le canapé du salon devant la télévision (interdite dans la chambre) et c'était le seul moment ou j'avais le droit de me laisser aller. C'était royal.

Quand j'ai eu l'appendicite en CM2 et que je me suis retrouvée une semaine à la clinique (enfant, ça m'a parut une éternité), elle m'a acheté plein de livres Walt Disney (et déjà à l'époque je les trouvais cul-cul les "princesses") (par contre j'ai adoré Alice!) et un ours en peluche que j'ai baptisé Cacahuète (ne me demande pas pourquoi, j'en sais rien).

Adulte, c'est déjà beaucoup moins sympa car en général on ne vit plus avec ses parents. Et quand on vit seul, c'est encore moins drôle. 

Mercredi, j'ai attrapé un rhume carabiné qui m'a forcée à me mettre au repos (pas d'école jeudi et vendredi) (au sens propre comme figuré) et qui m'a rendue un brin nostalgique.
J'ai dû rassembler toutes mes forces pour me lever, aller à la pharmacie et faire quelques courses. Je ne me voyais pas y envoyer mon chat Roméo, qui somme toute, reste un soutien moral hors pair.

J'ai eu envie de chanter :"mamanoutai, mamanoutai" mais avec le nez bouché et le mal de sinus que je me tapais, j'aurai pas rendu honneur à Stromae et faudrait pas que je me mette à décevoir la Belgique.

Alors j'ai pensé à ma mère très fort, et je vais l'appeler demain pour lui dire que je suis malade (ça va mieux quand même) et je sais que l'âge et la distance n'y changeront rien. Elle saura quoi me dire, comme quand j'étais petite.


6 commentaires

  1. Ohhhh, courage. Tu sais que lorsque j'avais mon premier appartement, un jour je me suis cognée très fort la tête, j'ai pleuré et j'ai appelé ma mère. Comme ça. Donc je vois tout à fait ce que tu veux dire, courage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Mona! Aujourd'hui ça va beaucoup mieux :)

      Supprimer
  2. J'ai vécu toute toute seule seulement 4 mois. Sinon lorsque je n'étais pas au domicile familial, j'étais en coloc. Heureusement, il ne m'est rien arrivé durant ces quatre mois. J'ai eu une rhyno, mais ça s'est plutôt bien passé dans l'ensemble. Par contre, j'étais bien contente d'avoir ma coloc lorsque je me suis coupée la main en ouvrant une boite de thon :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est toujours rassurant de vivre avec quelqu'un!
      Mais ça va, je m'en suis sortie :)

      Supprimer
  3. Arff etre malade qd on est seule; se forcer a se faire a manger, aller chez le toubib, acheter ses medocs, trainer comme une larve mais faire un minimum qd meme. C'est pas top!
    Bon weekend! J'espere que tu arriveras a recharger les batteries ;)

    RépondreSupprimer
  4. C'est vrai que c'est l'un des rares moments où je regrette de vivre loin de ma mère... Bon, y'a quand même le mec à la maison mais quand je suis vraiment malade, je le trouve plus relou qu'autre chose... Il est quand même là pour aller chercher mes médocs et me faire des bouillons aux pâtes mais j'ai besoin de ma mère quand ça va... Du coup, je l'appelle :-)

    RépondreSupprimer

Rechercher dans ce blog

where to find me

Le blabla de Jasmin © . QUINN CREATIVES .