34 ans, toutes mes dents

mardi, novembre 26, 2013







Je suis née le 26 novembre 1979 à 13 heures, à la clinique Courlancy à Reims. C'est le docteur Chaste qui a effectué l'accouchement eutocique (nom barbare mais c'est mon carnet de santé qui le dit).

Je pesais 3 kilos (et 220 grammes) et je mesurais 51 cm. Je suis née d'une mère allemande et d'un père français.

Enfant j'étais très timide et les rares fois ou mes parents allaient au restaurant, je me cachais sous la table (en gros, je leur mettais la honte).

Parfois, à la maternelle, il m'arrivait de mordre mes camarades (pourtant pas de séries de vampire à l'époque). Heureusement, cela n'a pas duré longtemps.

Je mélangeais l'allemand et le français sans m'en rendre compte. Les instituteurs s'en sont plaint auprès de ma mère à qui ils ont fichu la trouille en lui disant que je risquais d'avoir des problèmes d'apprentissage. Du coup, elle a arrêté. Elle ne voulait pas décevoir les français tu comprends.

J'étais pas toujours gentille avec ma soeur. Je la commandais tout le temps. 

Ma voisine Orianne a été ma meilleure amie pendant des années. On jouait toujours ensemble dehors, dans la rue, avec les autres voisins. D'ailleurs, une fois j'ai descendu une allée en skateboard, elle donnait sur la route, je suis tombée nez à nez avec ma mère en voiture (ma carrière de skateuse fut courte). Oui, dans ce temps là on n'avait pas internet et compagnie. On faisait des booms pour les anniversaires et on enregistrait nos musiques sur des cassettes en espérant qu'on échapperait au gingle de la radio. 

 

















J'avais du mal à me faire des copines à l'école primaire, du coup je ramenais des chocolats pour me faire apprécier. Ouais, j'achetais les gens. Mais c'est cruel à cet âge-là.

J'ai gardé les cheveux courts pendant très très longtemps et je rentrais toujours de l'école avec les vêtements sales. Un peu garçon manqué quand même.

Je me suis faite opérer de l'impendicite et des dents de sagesse en CM2 il me semble. J'ai été couverte de livres (pour m'occuper) et j'ai eu un nounours que j'ai appelé cacahuète.

 J'ai eu quelques instituteurs méchants, dont un qui tirait les oreilles quand on faisait mal ses devoirs.

Gamine (jusqu'à 15 ans), j'étais casse-cou et sportive (je ne l'explique toujours pas), j'ai participé à une rando vélo de  10 km, j'ai participé aux foulées witryates (mini marathon) (je suis arrivée en soufflant comme un boeuf) et je faisais de l'athlétisme en dehors de l'école. Et puis tous les samedis soirs, maman nous emmenait avec ma soeur à nos cours de natation à la piscine olympique (j'ai même participé à un espèce de marathon). Quand on rentrait, on avait le droit à poulet et frites maison. Enfant, c'est important la routine. Adulte aussi tu m'diras.

J'adorais regarder le Club Dorothée et je me demandais pourquoi dans les dessins-animés japonais ils parlaient français. Et puis j'attendais que mon prénom apparaisse le jour de mon anniversaire au générique de fin. J'avais pas compris qu'il fallait être inscrite. J'ai donc appris jeune ce qu'était que la déception.

Je n'ai jamais eu le droit d'avoir de console de jeux vidéos (merci maman, tu as eu bien raison). Seulement une Game Boy mais je me suis vite lassée et les jeux coûtaient chers. J'étais donc pas mal bonne à Tétris.

Je passais mes vacances d'été en Allemagne et même si je ne parlais pas allemand, je m'y amusais bien. Je me souviens que quand je jouais avec des enfants allemands, on se comprenait malgré la barrière de la langue. C'est génial quand même.

A 8 ans, ma mère m'a inscrite à une école de musique de ma ville. J'ai fait de la flûte traversière pendant 7 ans. Je n'étais pas mauvaise mais je détestais le solfège.


J'ai fait du catéchisme, ma petite et grande communion. Tout ça pour me rendre compte au lycée, qu'en fait, je croyais pas à tout ça. Par contre, j'aimais bien participer aux ventes de bougies et autre pour récolter de l'argent pour offrir des cadeaux de Noël à ceux dans le besoin. Pas besoin d'être croyant pour se montrer généreux.

Au collège, je voulais avoir un scooter, comme tout le monde. Mes parents ont dit non. Du coup, j'exprimais ma colère sur mon journal intime. Ah oui, j'avais un journal intime.

Aux soirées, je n'étais jamais invitée pour les slows. Les garçons préféraient les autres filles, celles qui faisaient vraiment fille tu vois. Je m'en moquais, c'est bête les garçons de toute façon.

Ma première journée de lycée j'étais terrifiée, c'était un sacré changement. Mais ce sont aussi mes plus belles années. Je m' y suis faite des amis merveilleux, et mon meilleur pote s'appelait Pierre.  On en a fait des soirées. J'ai découvert l'alcool, Louise Attaque, Tryo et Boris Vian. Et l'amour aussi. Son prénom était Sébastien et il avait de beaux yeux verts. Mais ça n'a pas duré. J'ai morflé et je me suis mise à me nourrir au café.

J'étais FAN de la série Hartley coeur à vif (ma mère a du apprendre à se servir du magnétoscope). Si un coffret sort, je suis preneuse. Ton prix sera le mien.

J'ai essayé de faire jeune fille au pair un été. Je suis partie à Vienne en Autriche mais au bout de 2 semaines j'ai compris que ce n'était pas pour moi. Alors je suis rentrée et j'ai travaillé dans une usine pour me faire de l'argent. C'est important d'avoir le sens des priorités.

J'ai eu le permis de conduire au bout de 3 fois, et je ne sais pas combien d'heures au compteur. J'étais tellement une bonne cliente que j'ai même travaillé un peu à l'auto école.

Ensuite j'ai fait une année de fac d'allemand mais je ne suis pas allée jusqu'au bout. Enfin, assez longtemps pour y rencontrer une de mes bonnes amies actuelle, Marlène.

J'ai poursuivi avec un BTS qui était riche en voyage (aaaaah le séjour en Allemagne pendant lequel on sortait tous les soirs et rentrait au petit matin) et en rencontres. Les filles, si vous me lisez, je vous embrasse. Pendant mes études, j'ai fait un stage de 2 mois à Southampton (UK) qui m'a changée. J'avais deux colocataires british formidables. Et j'ai brisé le coeur d'un de leur ami, un anglais. Ça arrive. Ah et puis là-bas, complètement au hasard, à une soirée, j'ai retrouvé deux filles qui avaient été dans le même lycée que moi. DIN-GUE.



Après il y' a eu l'Allemagne, les Etats-Unis, et le Canada. J'attends la suite et je sais qu' à 34 ans, je n'ai pas envie de m'arrêter là.


BREF. Je me souhaite un joyeux anniversaire...


8 commentaires

  1. JOYEUX ANNIV!!!
    les photos de toi petite sont géniales :)
    si je trouve un coffret Hartley coeur à vif.... ben j't'en ferai une copie hein, mais jle garde pour moi :D

    RépondreSupprimer
  2. Une biographie passionnante :) ! Mais 34 cm pour 3kg 200, t'es sûre ? (en moyenne c'est plutôt 50 cm un bébé à la naissance...)
    JOYEUX ANNIVERSAIRE !!!! La trentaine, c'est un très bel âge !

    RépondreSupprimer
  3. Merci les filles! Vous aviez raison... j'ai rectifié la taille :) Bisous

    RépondreSupprimer
  4. Très joli récapitulatif de ces 34 années !!
    Moi aussi à l'école je confondais les 2 langues de mes parents (français et espagnol) mais j'ai juste arrêté de le parler a l'école ! Vu que mes grand parents parlaient espagnol il fallait bien en dehors que je le fasse ! Aujourd'hui, je l'ai vachement perdu :x

    3 fois pour le permis ...ca va ! Moi 28 ans et je ne l'ai toujours pas passé .. Enfin bon a paris ca ne sert vraiment a rien (sauf a dépenser une blinde) !

    Je crois que Tryo, c'était vraiment notre époque ^^ C'était les copains de classe de ma cousine donc bien avant d'être connu j'avais eu droit a des concerts hihi

    Dans tout les cas super autobiographie et bon anniversaiiiiire !

    RépondreSupprimer
  5. Moi aussi, je te souhaite un joyeux anniversaire !

    RépondreSupprimer
  6. L'anonyme que je suis te souhaite un joyeux anniversaire! Très joli "récap", plein de vie; qui donne envie!!

    RépondreSupprimer
  7. Merci, merci et merci! Gros bisous à toutes :)

    RépondreSupprimer

Rechercher dans ce blog

where to find me

Le blabla de Jasmin © . QUINN CREATIVES .