Nous ... la Cité, le livre

jeudi, mars 21, 2013


"On est partis de rien et on a fait un livre."


Pendant un vol me menant au chaud (soupir de nostalgie), ma soeur m'a filé un bouquin qu'une amie lui a prêté.

Une très belle découverte. Je l'ai lu avec frénésie, parce que dés les premiers mots,  j'ai été captivé, et du début à la fin, je n'ai pas été déçue. Pas une seule fois. 

Ce livre c'est: Nous...la Cité, écrit par Rachid BEN BELLA, Sylvain ÉRAMBERT, Riadh LAKHÉCHENE, Alexandre PHILIBERT, Joseph PONTHUS.

"Quand quatre jeunes de banlieue se prennent d'écrire leur quotidien avec un de leurs éducateurs , ça envoie du lourd. Entre provocations policières, soirées à tchatcher dans les halls d'immeuble, jugements et appels, embrouilles à la con, boulots foireux, visites en prison, heures d'ennui et éclats de rire, c'est le quotidien d'un quartier populaire comme tant d'autres qui est raconté.
Le quotidien d'une France qui peut exploser à tout moment, qui ne veut pas être un exemple ni un modèle, qui témoigne de la vie, mais aussi de la mort. Un quotidien où l'on enrage plus souvent qu'à son tour, mais où l'on trouve encore la force d'en rire. Un quotidien où des professionnels se démènent pour sauver ce qui peut l'être encore. Où l'on se demande même, par moments, si l'on n'aurait pas plus intérêt à ce que tout pète. Un quotidien que les médias ignorent, que les jeunes taisent parce que trop criant d'être aussi banal que brutal. Un quotidien où la solidarité est à l'oeuvre, où les choses se vivent et s'éprouvent plus qu'elles ne se disent - sauf quand on se décide à prendre son stylo et à écrire, entre rires et larmes, la cité.
Car c'est sans doute des mots que viendront les solutions. La découverte de l'écriture et du pouvoir de ces foutus mots. Face à des flics. Face à des juges. Face à soi-même. "
 Source

J'ai été touché par la sincérité de ce livre, carrément brut de pomme. Il faut un sacré courage pour se livrer comme ils l'on fait, parce qu'ils nous donnent tout. Sans tabou, sans gêne.

Au fil de la lecture, on réalise à quel point ces jeunes de banlieue sont ignorés. Des laissés pour compte. Heureusement qu'il existe des personnes qui n'abandonnent pas, qui ne LES abandonnent pas. J'ai vraiment découvert le métier d'éducateur et je leur tire mon chapeau. Ils s'investissent à 100%, ne lâchent rien, même si certains jeunes "rechutent" ou que la justice leur met des bâtons dans les roues. Parce que j'ai aussi appris que le gouvernement faisait vraiment mal son boulot. Mais ce n'est pas nouveau.

Vivant au Canada, je ne sais pas si ce livre a été médiatisé comme il se doit. Je l'espère parce que franchement, si la France qui a osé remettre le prix goncourt à ce raciste notoire qu'est Houellebecq, ignore le travail d'écriture de jeunes aspirants à un monde meilleur, et bien je ne comprends plus rien à ce pays.

Moi j'ai trouvé que ce livre est plein d'espoir car malgré les témoignages lourds, il en ressort quelque chose de positif: une volonté de s'en sortir. Et même si elle est toute petite, elle est là. Et ce serait bien qu'un jour la France se décide à leur tendre la main.

 Lisez le, parlez-en. Ça en vaut vraiment la peine.

 

2 commentaires

  1. Je l'ai lu et je n'ai pas trouvé le sentiment qui m'avait initialement poussé à l'acheter. Il manque la partie famille, il me manquait quand même une touche féminine, une touche.... Je dois être difficile, venant d'une cité j'ai quand même dit "ok mais il n'y a pas que ces parcours dans la cité" Je sais, je sais ces jeunes hommes ont raconté leur vie, leur vision, leur rapport à la police. J'ai aimé leur ouverture, mais ce cher Sylvain qu'est-ce qu'il m'a fait rire, j'ai eu l'impression qu'il ne faisait que manger ou commander à manger ou... hahaha
    Je suis difficile je le sais.
    Bon livre mais ok.

    D'ailleurs j'ai 2 propositions de lecture:
    1-Le gône du chaaba
    2-Kiffe kiffe demain

    Gros bisous

    Hanane

    Ps: comment publier mon nom???? C'est toujours écrit "Anonyme"

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ton avis Hanane! Je comprends ce que tu veux dire, c'est certain que tu dois avoir une opinion plus réaliste que la mienne vu que tu étais sur le terrain :)

    Hmmm pour le "anonyme" c'est normalement quand tu publies ton commentaire que tu peux choisir de quelle façon apparaître, enfin je crois!

    Gros bisous

    RépondreSupprimer

Rechercher dans ce blog

where to find me

Le blabla de Jasmin © . QUINN CREATIVES .